Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : l'atelier des feesenvouTHEes
  • : un peu de passion un brin de folie, une aiguille de fil et beaucoup de douceur .Du partage , de l'amour, de l'amitie et vous voila dans l'univers de sandra et sa petite famille
  • Contact

Texte Libre

Soyez les bienvenues dans mon petit univers

N'hesitez pas à me laisser une petite trace de votre passage

 

 


Recherche

12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 10:17

non je ne suis pas partie en voyage en Hollande mais quelque part si  en fait j'y suis certainement allée

je ne suis pas triste, j'ai eu  des années pour l'etre jusqu'au jour ou je me suis ressaisie et que j'ai arreté de regarder la vie par une lucarne pour enfin la vivre réellement avec titi, ce n'est pas moi qui suis differente, c'est notre vie, elle est differente mais si on prend la peine de  la vivre pleinement elle est pleine de joie, de beaute, de petits rayons de soleil que l'on voit alors que d'autres yeux surement habitués à la "normalite" (je deteste ce terme c'est quoi normal?????? qui peut dire  que x ou y est normal???????? ) ne verraient surement pas

je ne souffre plus  j'ai  accepte depuis un sacre  moment  notre vie et chaque jour je  remercie ce qui peut etre remercier d'avoir un enfant aussi plein d'amour que titi

 ce matin je me balladais sur  des sites à la recherche de ...................rien, juste de la ballade et j'ai trouve un  tres emouvant texte  qui m'a rappellé bien des choses

je veux juste le partager avec vous, il n'est pas de moi, mais il colle a ma vie, je voulais aller en italie,  je me suis reveillée en Hollande mais  j'en profite pour la decouvrir la connaitre et l'aimer et surtout ne jamais vivre dans les regrets, je vous assure aucune tristesse juste un moment de partage!!!!

 

je vous laisse lire le texte

 

 

 

Bienvenue en Hollande

 

 

On me demande souvent de décrire mon expérience de parent d’un enfant

 

 

handicapé...

 

 

Pour essayer de se rendre compte de cette expérience unique, extraordinaire, pour

 

 

tenter de comprendre l’effet que cela produit, il faut imaginer ...

 

 

Imaginer que d’attendre un enfant serait comme de prévoir un fabuleux voyage en...

 

 

Italie. Tout prévoir, acheter la série complète des guides touristiques, et faire des plans

 

 

merveilleux : visiter le Colisée, admirer le David de Michelange, voir les gondoles à

 

 

Venise. Même s’exercer à apprendre quelques phrases d’italien. Se réjouir à l’avance

 

 

d’impatience.

 

 

Après des mois de préparation fi évreuse et joyeuse, le grand jour arrive. On fait les

 

 

valises et on part. Quelques heures plus tard, l’avion atterrit. L’hôtesse vous sourit et dit :

 

 

«Bienvenue en Hollande». «Hollande ? - comment ça ? Que dites-vous ? J’ai acheté

 

 

un voyage en Italie ! J’ai prévu d’arriver en Italie ! Toute ma vie, j’ai rêvé d’aller en

 

 

Italie !»

 

 

Mais il y a eu un changement de plan de vol. L’avion a atterri en Hollande, et c’est là que

 

 

vous êtes et devez rester. Ce qu’il y a d’important à savoir, c’est que l’on ne vous a pas

 

 

débarqué dans un endroit effrayant, dégoûtant, horrible, plein de remugles, de disette

 

 

et de maladies : c’est simplement un autre endroit que celui que vous aviez prévu.

 

 

Et vous devez aller de l’avant, acheter de nouveaux guides. Apprendre une nouvelle

 

 

langue. Et vous allez rencontrer tout un tas de nouveaux gens que vous n’auriez jamais

 

 

rencontrés. C’est simplement un autre lieu. C’est plus tranquille que l’Italie, moins

 

 

clinquant que l’Italie. Mais peu après être resté quelque temps, et avoir pu reprendre

 

 

votre souffl e, vous vous apercevez qu’il y a plein de choses à voir, qu’en Hollande il y

 

 

a des moulins, des tulipes. Qu’en Hollande il y a même des Rembrandt.

 

 

Simplement, tous ceux que vous connaissez sont occupés à voyager et aller en Italie,

 

 

ils vous racontent tous à leur retour combien leur voyage a été sensationnel, et tout ce

 

 

qu’ils ont vu là-bas. Et tout le restant de votre vie, vous vous dites : «Oui, c’est là-bas

 

 

que j’étais supposé aller. C’est ce que j’avais prévu». Ce chagrin ne disparaîtra jamais,

 

 

parce que de n’avoir pu réaliser ce rêve-là restera toujours un regret poignant. Mais

 

 

si vous passez votre vie à pleurer le voyage que vous n’avez pas fait en Italie, vous ne

 

 

pourrez jamais profi ter de toutes les choses merveilleuses et très particulières qu’il vous

 

 

est donné de voir en Hollande.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

V
<br /> ce texte est vraiment magnifique et si vrai... C'était le sujet de ma mémoire à la fin de mes études d'infirmières "l'accompagnement des parents lors de la découverte d'un diagnostic de<br /> mucoviscidose à la naissance de leur enfant"<br /> <br /> <br /> certe ce n'est pas la même maladie mais le cheminement est le même : la détresse, le désaroi, le sentiment d'avoir été trompé, que l'enfant désiré n'est pas celui là et tout l'amour qui dépasse<br /> tout entendement !<br /> <br /> <br /> Je me dis que c'est une chance de vous avoir pour lui.... il y a tellement d'enfants "normaux" qui n'ont pas cet amour ! Etre parent est une chance...<br />
Répondre
L
<br /> oh! quel beau texte, il m'a tiré une larme à l 'oeil , mais c'est tellemnt vrai tout ça<br />
Répondre
V
<br /> <br /> Effectivement, un texte qui me parle beaucoup...Parce que je n'avais pas prevu certaines choses dans la valise...Masi tellement de bons moments (comme je le dis sur mon blog, et les gens me<br /> prennent pour une mère cinglée!!), même pendant l'hôpital, des complicités qui n'auraient pas eu lui...Des expeditions pour les examens et du coup on mange au Quick...Une très belle<br /> métaphore...Donc, voilà, par un chemin sinueux, nous nous sommes rencontrées...En hollande!<br /> <br /> <br /> Bisous!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
j'ai lu et oui je pense que c'est très bien écrit, tout y est.J'ai parlé avec un éduc et il me disait qu'en Belgique les mentalités étaient différentes, qu'ils n'avaient pas le même regard sur la "différence" que nous les Français. Je me suis demandée quelle en était la raison ? Je n'ai pas vraiment de réponse, mon hypothèse était qu'on en parlait pas assez, que la peur venait de l'ignorance C'est pour ça que j'ai tenu à faire un article sur mon blog ça me tenait vraiment à coeur.
Répondre
A
magnifique texte cela me touchebisous à vous 2 sans oublié le papa
Répondre